Juin 14

Conjoncture Logement : la tendance des logements anciens

FOCUS immobilier : enquête du Baromètre épargne et Placements, BPCE (février 2021).

Parmi les personnes interrogées qui ont un projet immobilier :

  • 39% des vendeurs potentiels de biens immobiliers ont aujourd’hui des craintes concernant la décote de leur bien, ils étaient 56% en novembre 2020.
  • 39% pensent pouvoir vendre au prix espéré contre 32% lors de la précédente enquête.
  • 47% des répondants pensent que les prix immobiliers vont plutôt avoir tendance à augmenter contre 41% fin 2020, et 14% pensent actuellement qu’ils pourraient baisser contre 20% fin 2020.

Carte des prix – Le marché des logements anciens

Les niveaux atteints par les prix et le resserrement des conditions d’octroi de crédit à l’habitat des banques écartent progressivement les ménages ayant peu d’apport. La tendance à favoriser la demande la plus solvable, disposant d’un meilleur pouvoir d’achat immobilier, est renforcée par le contexte économique actuel et participe à une évolution structurelle des marchés du logement. Les exigences de cette demande constituée de ménages plus aisés orientent l’activité vers des biens plus qualitatifs et plus chers, entraînant mécaniquement une hausse des moyennes de prix.

A l’exception de l’Ile-de-France, l’offre de logements proposés à la vente au niveau national tend à se contracter contribuant à la hausse des prix dans les zones les plus recherchées, y compris lorsque les niveaux sont élevés (Lyon, Bordeaux…), mais aussi sur des marchés habituellement moins dynamiques comme Angers, Limoges, Le Havre ou Saint-Etienne qui, avec des prix moyens modérés, semblent bénéficier d’un effet de rattrapage.

Au travers du marché des appartements de trois pièces (récents, anciens) qui correspondent à l’une des typologies de logements les plus recherchées dans les zones urbaines, on voit que, sous la pression de la demande, les prix moyens ont progressé dans la quasi totalité des grandes villes de plus de 100.000 habitants.

Des hausses sont constatées quasiment dans toutes les grandes villes sauf à Mulhouse où le marché est moins actif, ou à Aix-en-Provence où le niveau du prix moyen dépasse 4.000 €/ m². Les tendances haussières se sont accélérées sur plusieurs marchés plus secondaires où les prix moyens sont plutôt modérés comme à Brest, Caen, Le Havre, Limoges, Saint-Etienne ou Clermont-Ferrand par exemple. A Paris, la hausse est désormais moins vive, comme dans des villes où la pression de la demande est moins forte (Rouen, Amiens, Nancy, Reims, Perpignan…)

Prix moyens au m² à fin février 2021, et évolution annuelle Appartement ancien/ récent de 3 pièces.

Source : Les Prix Immobiliers

  • Contexte économique
  • Immobilier Ancien
  • Immobilier Neuf
  • Marché locatif
  • Perspectives 2021

Télécharger l’intégralité
de l’étude

Conjoncture Logement, mai 2021